Confédération Nationale Défense de l'Animal - Réseau des refuges indépendants

Retour sur la visite de Loïc Dombreval au sein de nos refuges !

3 juillet 2021

Photo de groupe face aux bureaux de la SPA de Montceau-les-Mines

Le Député Loïc Dombreval, président du groupe d’études condition animale à l’Assemblée nationale,  s'est rendu, mercredi 30 juin, dans deux refuges membres de Défense de l'Animal : le Refuge Equin de Terre Plaine (89) et la SPA de Montceau-les-Mines (71).

L'occasion pour Défense de l’Animal de réaffirmer ses inquiétudes et demandes en matière de protection animale et d’échanger sur les divers enjeux des refuges avec le rapporteur général de la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale.

 

 

▶️ Retour en images sur la visite du Député Loïc Dombreval par France 3 Bourgogne :  Visite député Loïc Dombreval – YouTube

 

📍 1ère étape : le Refuge Equin de Terre Plaine 🐴

Au cœur de la Bourgogne, les équidés maltraités ont trouvé leur refuge. 

Situé dans l'Yonne (89), le Refuge Equin de Terre Plaine sauve, rééduque les animaux traumatisés et assure un avenir aux chevaux maltraités, abandonnés ou saisis par la Justice. Placés dans de grandes pâtures auprès de congénères choisis par affinités, les 114 chevaux actuellement choyés par les équipes du refuge coulent désormais des jours heureux, malgré leurs passés difficiles.

Fondée il y a bientôt 10 ans, cette association « familiale » est administrée par Mesdames Marge, mère et fille, qui assurent quotidiennement le soin et l’entretien des chevaux.

 

 

Une visite du Député très attendue

Aux antipodes du cadre idyllique où évoluent les chevaux, la détresse des refuges équins est elle, bien réelle. Entre les soins vétérinaires très onéreux, la prise en charge des chevaux maltraités ou abandonnés en nombre toujours plus important, l'alimentation spécifique de certains pensionnaires ou encore l'entretien des installations … les refuges équins font face à des défis d’ampleur et notamment sur le volet financier.

Marie Marge, fondatrice du Refuge Equin de Terre Plaine et administratrice de Défense de l’Animal, a longuement échangé avec Loïc Dombreval sur les difficultés récurrentes que rencontre l'équipe de l'association composée de seulement 6 personnes dont 3 bénévoles. Avec une baisse de 56% des dons des particuliers l’an dernier, le refuge fait face à de nombreuses problématiques, tant d’un point de vue financier, administratif que technique. Le recrutement de bénévoles est également devenu complexe :

 « Nous manipulons des chevaux qui sont des êtres vivants très sensibles, leurs passées, leur caractère et leurs histoires souvent douloureuses doivent être absolument pris en compte lorsque nous les manipulons.

Il est donc complexe de recruter des bénévoles et salariés capables de gérer nos pensionnaires de manière autonome.»
Marine Marge, Directrice technique du Refuge Equin de Terre Plaine 

 

 

L'absence totale d'aides financières de l'État lors des prises en charge de chevaux saisis par la Justice vient ajouter une difficulté supplémentaire au refuge. Pour le Député Loïc Dombreval :

« il est inadmissible que les refuges offrant un tel service public ne reçoivent pas d'aides de l'État ».

Parmi les propositions faites par le refuge et Défense de l’Animal, la création d’un centre d’hébergement d’urgence pour équidés et animaux de ferme sur le modèle des fourrières existantes pour les animaux de compagnie devient indispensable. Le Député a été sensible à cette proposition.

Capture

Un seul crédo : le bien-être des chevaux 

Marie Marge et sa fille Marine demandent notamment la mise en place rapide d’un certificat de connaissances suffisamment élaboré pour s’assurer que les chevaux soient correctement pris en charge une fois placés dans de nouvelles familles.

« On préfère être très sélectives dans le choix des familles lors de l'adoption d'un de nos chevaux pour pouvoir dormir sur nos deux oreilles. Les particuliers ne sont absolument pas au courant des soins que demande un cheval

Marine Marge, directrice technique du Refuge Equin de Terre Plaine

Ce certificat est l’un des points phares de la proposition de loi concernant les équidés et que nous soutenons. Défense de l'Animal souhaite rapidement voir se concrétiser des solutions pour les refuges équins, il était primordial de pouvoir mettre en lumière les réalités du terrain auxquelles font face les équipes des refuges. Loic Dombreval y a été très sensible et nous l’en remercions !

Nous fondons notamment beaucoup d’espoir sur la création d’une fondation pour la protection des chevaux destinée à la construction de centres de repos pour les équidés âgés, abandonnés ou maltraités. Cette proposition est issue du rapport de mission confié par le premier Ministre Edouard Philippe à Loïc Dombreval et que notre administratrice Marie Marge avait défendu lors de son audition en 2020.

 

.

📍 2nd étape à la SPA de Montceau-les-Mines 🐶

La suite de la visite s'est déroulée à la SPA de Montceau-les-Mines en Saône-et-Loire (71) où Monsieur le Député a pu rencontrer Valérie Romano, à la fois présidente du refuge et présidente de Défense de l'Animal. Ils étaient accompagnés de Raphaël Gauvain, Député de la 5e circonscription de Saône-et-Loire, et de Gérard Gronfier, adjoint au maire de Montceau-les-Mines et le docteur vétérinaire Michel Baussier, ancien vétérinaire montcellien et ancien président du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires.

 

 

Ce refuge accueille chaque année en moyenne 250 chiens et 350 chats, souvent récupérés par la fourrière, abandonnés au refuge ou sauvés de leur tortionnaire. Ce refuge comme beaucoup d’autres, fait face à des problématiques récurrentes, financière notamment :

« Le grand public pense que nous recevons des subventions de l'État pour survivre, or, ce n’est pas du tout le cas. Dans notre refuge, entre les aides du département, les subventions de certaines communes ou encore nos partenariats, nous arrivons à un total de seulement 3 000 euros par an … nos actions sont seulement possibles grâce à la générosité publique« 

Valérie Romano, Présidente de la SPA de Montceau-les-Mines

 

Toujours dans l’attente du vote de la proposition de loi pour les animaux

 

La Présidente de Défense de l’Animal a échangé avec Monsieur le Député sur les enjeux de la protection animale et les articles phares de sa proposition de loi. Depuis le 29 janvier 2021, date à laquelle ce texte a été voté par l’Assemblée nationale, l’inscription à l’ordre du jour du Sénat se fait désespérément attendre, ce qui inquiète nos associations membres.

Ces échanges se sont d’abord centrés sur l'aggravation des peines contre les tortionnaires d'animaux, Loïc Dombreval a notamment précisé que « L’article 8 renforce les sanctions et les peines applicables aux personnes coupables d’actes de cruauté et de sévices graves infligés à un animal. Les peines pour maltraitance, pouvant aller actuellement jusqu’à deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende sont portées à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende si les faits ont entrainés la mort de l’animal.« * En cas de mise à mort de l’animal la peine passera à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende.

La création d’un fichier des interdits de détenir un animal couplé à la mise en place d’un suivi effectif des tortionnaires d’animaux est un sujet qui a également été longuement abordé. Ce sont des points forts demandés par Défense de l’Animal dans le cadre de sa campagne #STOPMaltraitance !

La création d'un mandat de protection futur pour les animaux en cas de décès de leur propriétaire, l'obligation de la stérilisation des chats par les communes ou encore le défaut d'identification impossible à contrôler et sanctionner sont des enjeux majeurs pour les refuges de France qui ont suscité l’attention de Monsieur le Député.

 

Ces échanges constructifs ont permis d’aboutir à un constat sans équivoque :

« L'Etat doit changer sa façon de faire avec les animaux » Loïc Dombreval

Défense de l’Animal ne peut qu’adhérer aux dires de Monsieur le Député !

.

Et il y a urgence à agir !

A seulement quelques mois des élections présidentielles et législatives, il est urgent que cette proposition de loi soit discutée et votée au Sénat dès que possible afin qu’elle puisse finir son parcours législatif et devenir une vraie loi. En effet, si la proposition de loi ne va pas à son terme avant la fin des élections, toutes ces avancées seront perdues

En tant que porte-parole national des refuges indépendants, Défense de l’Animal soutient ses 270 associations membres dans leurs combats contre l’abandon et la maltraitance des animaux. Nous continuerons à porter leurs demandes auprès des Parlementaires pour faire avancer durablement leur condition et leur apporter les moyens nécessaires pour faire front face aux problématiques auxquelles ils doivent faire face !

Nous tenons à remercier une nouvelle fois le Député Loïc Dombreval de s’être rendu sur le terrain à nos côtés, d’avoir écouté, pris en compte nos demandes et d’avoir été au plus près des problématiques quotidiennes de nos refuges.

 

Source :

Montceau-les-Mines. Des élus en visite au refuge animalier (lejsl.com)