Confédération Nationale Défense de l'Animal - Réseau des refuges indépendants

La relance économique ne doit pas se faire au détriment des animaux !

Défense de l’Animal signataire de la tribune de CAP Politique

13 mai 2020

TribuneCAP

Défense de l’Animal, porte-parole de 270 associations et refuges indépendants, est signataire de la tribune initiée par Convergence Animaux Politique, publiée dans le Journal du Dimanche le 10 mai.

Les aides du plan de relance de l’économie doivent être conditionnées au respect du bien-être animal, ainsi qu'à la préservation des animaux sauvages et de la nature.

Aux côtés de Convergence Animaux Politique et de 56 ONG, 39 parlementaires, 22 personnalités et 31 scientifiques, nous demandons notamment :
– la sortie de l'élevage intensif,
– la fin des spectacles avec animaux sauvages,
– le développement des méthodes substitutives à l'expérimentation animale,
– le soutien aux organisations qui recueillent des animaux.

> Retrouvez la tribune  et relayez !

 

Les refuges en crise

Même si la vague d’abandon que l’on pouvait craindre n’a pas eu lieu, la crise sanitaire liée au COVID-19 que nous traversons impacte financièrement et durablement l’économie fragile des refuges qui dépend quasiment exclusivement de la générosité publique.

Factures vétérinaires et alimentaires, salaires et charges en tout genre s’accumulent sans que les associations puissent reprendre les collectes alimentaires et leurs événements comme les « Journées Portes ouvertes », sources de recettes et de dons. Bien qu’une dérogation à l’adoption ait été octroyée durant le confinement et qu’en cette phase de déconfinement les refuges vont peu à peu pouvoir rouvrir, les dispositifs d’adoption sont beaucoup plus limités et contraints du fait des règles de sécurité à respecter.

L’arrivée des chatons en nombre vient, comme chaque année, complexifier l’organisation au sein du refuge et augmenter encore les dépenses.

RefugeCAP2Alors que de nombreuses aides aux secteurs économiques en difficulté ont été annoncées, pour les refuges, rien de concret. A ce jour, nos associations de protection animale ne peuvent bénéficier du fonds de solidarité mis en place par l’Etat et ne peuvent prétendre à l’annulation des charges sociales et patronale.

Alors même que l'État a débloqué une aide de 19 millions d’euros pour les zoos, cirques et refuges pour animaux sauvages, nos associations ne semblent pas y être éligibles…

Porte-parole des refuges indépendants, Défense de l’Animal est mobilisée aux côtés des associations sur le terrain, comme auprès des Ministères et des parlementaires.

Ainsi, dès le début de la crise, Défense de l’Animal a interpellé les Ministères de l'Économie et de l’Agriculture afin que les refuges ne soient pas les grands oubliés…

Sans réponse et sans soutien de l'État, les refuges indépendants pourront-ils encore longtemps assurer leurs missions d’intérêt général ?

Dites stop à la maltraitance
dites stop à la maltraitance
Ensemble contre les cruautés envers les animaux
Dites stop à la maltraitance