Confédération Nationale Défense de l'Animal - Réseau des refuges indépendants

Moi, citoyen, j'agis contre les maltraitances animales

30 janvier 2020

iStock-485959866

Vous êtes sensibles à la cause animale et vous souhaitez agir ? Défense de l'Animal en tant que porte-parole de 270 associations et refuges indépendants en France, vous accompagne dans cette démarche.

Chacun, à son niveau, peut agir concrètement pour lutter contre les violences faites aux animaux.

• Un animal est en danger

Si vous êtes témoin de violences perpétrées à l'encontre d'un animal, vous pouvez contacter :
– Les autorités (gendarmerie ou police),
– Une association de protection animale ou le refuge indépendant le plus proche de chez vous (liste en libre téléchargement),
– Les services vétérinaires de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP).

• Repérer les signes de maltraitance animale

Il est parfois très complexe d'identifier un réel cas de maltraitance animale. Si vous êtes confronté à une situation où un animal est négligé ou en souffrance, n'hésitez pas à solliciter les associations de protection animale qui pourront analyser la situation et mener, si besoin, des investigations.

Les associations de protection animale, membres du réseau Défense de l'Animal, sont nombreuses à disposer d'enquêteurs qui, suite à des signalements, peuvent mener des investigations.

Attention : contrairement aux idées reçues, ces associations ne sont pas habilitées à retirer les animaux. Elles ne peuvent intervenir qu'avec l'appui des autorités. Les associations peuvent déposer plainte et/ou se constituer partie civile, afin que les auteurs d'acte de cruauté soient poursuivis devant la justice et condamnés.

• Sur Internet et les réseaux sociaux

Que faire si vous découvrez des images ou vidéos sur le web présentant des violences commises sur un ou des animaux ? Vous avez la possibilité de signaler la page web concernée.

Ayez systématiquement le bon réflexe et faites un signalement sur : www.internet-signalement.gouv.fr

Les signalements sont traités par des policiers et gendarmes affectés à la Plateforme d’Harmonisation, d’Analyse, de Recoupement et d’Orientation des Signalements (PHAROS).
Lorsque vous relevez des contenus illicites sur internet, et même si vous souhaitez attirer l’attention des autorités, ne les partagez pas, ne les likez pas, ne les retweetez pas.

• Devenez enquêteur bénévole

En devenant enquêteur bénévole au sein d'une association de protection animale, vous veillerez au bien-être et aux bonnes conditions de vie de l'animal placé dans un foyer d'adoption et vous mènerez des investigations en cas de suspicion de maltraitance animale. Il est impératif d'avoir de solides connaissances sur la réglementation liée à la protection animale. Diplomatie, écoute et humilité sont des qualités nécessaires.
• Aidez un animal fragilisé

Les refuges sont très régulièrement saturés et ont besoin d'aide dans la prise en charge temporaire de certains animaux. Ils sont nombreux à faire appel aux familles d'accueil.
Il s'agit d'accueillir un animal qui ne pourra rester en refuge. Ce peut être un animal fragilisé (chiot ou chaton), qui a des besoins spécifiques (animal âgé) ou qui doit recevoir des soins avant son placement définitif auprès d'une famille d'adoption. L'objectif est de lui apporter confort et bien-être, tout en lui consacrant du temps et de l'affection. Les animaux maltraités sont très régulièrement confiés à des familles d'accueil avant de les faire adopter.

Si vous êtes intéressé par cette mission, n'hésitez pas à contacter l'association proche de chez vous.
• Les pétitions

Affiche-A4-JPEG2chatVous mobiliser contre la maltraitance animale peut aussi se faire par un geste très simple : la signature de pétitions.

Elles permettent ainsi de donner du poids à une demande d'évolution de la réglementation ou d'alerter sur une situation d'urgence où des animaux sont en danger.

Défense de l'Animal vous propose de vous mobiliser sur : www.defendonslesanimaux.fr

En signant et relayant nos deux pétitions :

1/ Pour une aggravation des peines contre les tortionnaires d'animaux

2/ Pour un raccourcissement des délais des procédures judiciaires et la prise en charge par l'État des frais consacrés aux animaux maltraités le temps de ces procédures