Confédération Nationale Défense de l'Animal - Réseau des refuges indépendants

Défense de l’Animal contribue au Grand Débat National

8 février 2019

Grand-debat-national_largeur_760

 

 

Dans le cadre du Grand Débat National, du 15 janvier au 15 mars 2019, Défense de l'Animal porte les revendications de ses 267 associations adhérentes et contribuera à faire émerger des demandes pour une meilleure prise en compte de la condition animale au sein de notre société.

 

 

25

25

  • ACTE 1 : NOTRE LETTRE ADRESSÉE A LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE

Le 4 février 2019 à Évry-Courcouronnes (91), le Président de la République Emmanuel MACRON a appelé de ses vœux le développement du dispositif des emplois francs pour les associations, tout en reconnaissant que la forte réduction des emplois aidés décidée par le gouvernement avait posé « un vrai problème pour beaucoup d’associations et de villes ».

En réponse à cette annonce, Jean-Pierre BEGNATBORDE, Président de la Confédération Nationale Défense de l'Animal, a sollicité, par lettre téléchargeable ici, une audience afin de faire part au chef de l'État des attentes et propositions des refuges de France allant dans ce sens.

En effet, la diminution drastique du dispositif des emplois aidés, supprimés aux ¾ depuis le début du quinquennat, a indéniablement impacté et fragilisé le fonctionnement des associations et particulièrement celles de protection animale qui avaient pour la plupart recours à ce dispositif.

Peu à peu, les charges salariales et patronales augmentent et viennent grever les budgets de fonctionnement des refuges, quelles que soient leurs tailles. Les refuges de France, administrés par des milliers de bénévoles et employant plus de 1 300 salariés, estiment que la générosité publique et les dons dont ils bénéficient doivent être utilisés essentiellement pour l'entretien et les soins aux animaux maltraités, abandonnés et blessés. Un accompagnement financier dédié aux frais de personnel doit être demandé à l'Etat, sans cela – si certains refuges disparaissent – cette charge lui reviendra ; c'est ce que nous avons exprimé au Ministre de l'Agriculture lors de notre rencontre le 9 janvier 2019.

Ainsi la Confédération Nationale Défense de l'Animal demande au Président de la République et au Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, un accompagnement et des subventions plus importantes afin que nos associations puissent continuer, dans de bonnes conditions, à assurer leurs missions de service public.

25

  • ACTE 2 : INTERPELLER LES MINISTRES, MAIRES ET LES PARLEMENTAIRES

Vignette Grand Débat - Confédération Nationale Défense de l'Animal (4)Afin d'alerter les élus sur les difficultés rencontrées par les refuges et porter des demandes en faveur de la condition animale, la Confédération Nationale a sollicité l'ensemble de ses 267 associations adhérentes afin de relayer à toutes les échelles les élus.

252

  • Les refuges ont pu alerter les maires de leurs communes et leurs parlementaires en circonscription. En parallèle, la Confédération a adressé à l'ensemble des parlementaires du groupe condition animale une lettre afin qu'ils intègrent nos demandes et propositions, retrouvez notre lettre en cliquant ici.
  • Lors de son interview sur CNEWS le 15 février, Julien DENORMANDIE, Ministre de la Ville et du Logement, a annoncé le lancement d'un programme de 15 millions d'euros afin de financer les associations ayant des activités structurantes pour la jeunesse et les parents. Jean-Pierre BEGNATBORDE, Président de la Confédération Nationale Défense de l'Animal, a sollicité, par lettre téléchargeable ici, une audience au Ministre afin que les refuges de France soient intégrés à ce dispositif.

25

25

  • ACTE 3 : FAIRE ÉMERGER LA CONDITION ANIMALE DANS LE GRAND DÉBAT NATIONAL

Aux côtés de l'Alliance Anti-corrida, l'Oeuvre d'Assistance aux Bêtes d'Abattoirs (OABA), C’EST ASSEZ !, Education Ethique Animale, TERPTA, le Collectif Chats stérilisation obligatoire et l'association Véthique, nous appelons nos concitoyens à relayer dans le cadre de ce Grand Débat National des demandes visant à améliorer la condition animale.

25Affiche Anti corrida

Parmi les demandes qui peuvent être relayées lors des débats et dans les cahiers de doléances, nous demandons conjointement :

  • L'abolition des spectacles et la suppression des subventions allouées aux spectacles qui utilisent des animaux. Le montant actuellement alloué à ces spectacles d’un autre âge doit être transféré aux refuges pour réduire les charges de personnel,
  • Une meilleure prise en compte de la perte de biodiversité dans les politiques publiques à l'échelle nationale, régionale, départementale et au sein des politiques de la ville,
  • Encourager la réduction de la consommation des produits d'origine animale afin de préserver notre santé, notre environnement et lutter contre l'élevage intensif,
  • Au nom de la sécurité de nos concitoyens et de la préservation de la biodiversité, l'instauration du dimanche sans chasse.

252

Téléchargez les mesures préconisées par nos organisations de protection animale en cliquant ici.

252

Retrouvez notre communiqué de presse et certains débats autour de la condition animale, ici.

 

  • ACTE 4 : VOUS PERMETTRE DE RELAYER LA VOIX DES REFUGES ET DES ANIMAUX DANS LE GRAND DEBAT

Enfin, si vous souhaitez directement apporter votre pierre à l'édifice vous pouvez relayer nos propositions et demandes directement sur le site du Grand Débat National.

Parmi nos demandes relatives aux refuges :

  • Augmenter la contribution de l'Etat, à hauteur de celle des contrats aidés, dans les contrats parcours emplois compétences et élargir le dispositif des emplois francs pour les associations à l'ensemble du territoire.
  • Engager les collectivités territoriales à augmenter et renégocier régulièrement les subventions fourrière animale avec les associations de protection animale réalisant ce service public.
  • Exonération totale du paiement de la TVA sur l'activité de garde, entretien et de soins aux animaux pour les associations de protection animale.
  • Reconnaissance du bénévolat ouvrant droit à déduction fiscale.
  • En cas de maltraitance animale, dès lors qu'une saisie a lieu et tous le temps de la procédure, la prise en charge des frais (soins et entretien des animaux) est avancé par l'Etat et non plus par les associations.

Pour relayer l'une ou plusieurs de ces demandes, rien de plus simple. Connectez-vous sur le site du Grand Débat National : rubrique « Partagez vos propositions ». Inscrivez-vous et publier vos propositions.

Plus nous serons nombreux à porter la voix des refuges et des animaux et plus nous aurons de chance de voir des propositions concrètes être mises en œuvre. La Confédération Nationale Défense de l'Animal veillera dès la fin avril, lors de la restitution, à ce que votre voix soit représentée.

 


Vous souhaitez en tant que citoyen porter ces demandes, rien de plus simple :

ou incarnez les lors des débats qui ont lieux près de chez vous.

Pour toutes demandes d'informations complémentaires, n'hésitez pas à nous contacter : laconfederation@laconfederation.fr