Confédération Nationale Défense de l'Animal - Réseau des refuges indépendants

De plus en plus de personnes mises en cause pour des violences et actes de cruauté envers les animaux

Défense de l’Animal demande une tolérance zéro pour les tortionnaires d’animaux et des données précises et fiables sur les abandons

3 juillet 2020

rajesh-raj-4cC_TXEVkTA-unsplashV

Après la diffusion d'une note le 3 juin 2020 faisant état des infractions commises sur les animaux (> voir notre article) et qui présentait des chiffres alarmants, un nouveau rapport de l'Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) vient d'être diffusé concernant « Les personnes mises en cause pour maltraitance et abandon d'un animal domestique ».

Ces données, issues des services statistiques des Ministères de l'Intérieur et de la Justice, attirent notre attention sur le profil des propriétaires violents et confirment, une nouvelle fois, la notion d'urgence pour les animaux victimes d'abandon et de maltraitance.

  • Entre 2016 et 2018, plus de 4 000 personnes ont été mises en cause pour des faits de maltraitance et abandon d'un animal domestique, un chiffre en augmentation de 29 % !
  • La période estivale est la plus touchée par des faits de maltraitance et d'abandon
  • Entre 2007 et 2017, plus de 800 personnes ont été condamnées pour des actes de cruauté envers un animal domestique. Le nombre de condamnations a augmenté de 57 % sur la période, et plus particulièrement à partir de 2015, date à laquelle les animaux ont été reconnus comme des êtres vivants doués de sensibilité dans le code civil (Art 515-14).
  • Sur cette même période, seulement 16 % des personnes condamnées ont été sanctionnées par de la prison ferme.
  • Les trois quarts des mis en cause sont des hommes âgés de 26 à 35 ans.

 

L'action de Défense de l'Animal et de ses associations adhérentes pour les animaux victimes

Défense de l'Animal dépose plainte et se constitue partie civile dans les affaires judiciaires où les animaux sont victimes d'actes de cruauté.

Montauban_chienne-scotchéeL'une des dernières en date est une affaire qui s'est déroulée dans le Tarn et Garonne et dans laquelle la peine a été beaucoup trop clémente ! Le prévenu, qui détenait ses animaux dans des conditions indignes (la chienne, qui allaitait ses chiots, était enchaînée avec le museau scotché pour la faire taire) a été condamné le 26 juin 2020 à seulement 105 heures de travaux d’intérêt général et une interdiction de 5 ans de détenir un animal.

> Lire notre article

 

En 2018, les 270 associations membres du réseau Défense de l'Animal avaient recensé plus de 25 000 signalements de maltraitance, déposé 1 500 plaintes et pris en charge plus de 8 000 animaux maltraités.

 

Pas de recensement précis sur la question des abandons

Ce rapport met en exergue le fait qu'il n'existe pas d'organisme officiel chargé de collecter des données sur les abandons d'animaux et de fournir un recensement fiable et réaliste, ce que nous dénoncions déjà l'année dernière ! La plupart du temps, les chiffres diffusés dans les médias émanent de certaines associations mais ne représentent pas la situation sur l'ensemble du territoire.

Sur le terrain, les abandons se répartissent tout au long de l’année et ne connaissent plus vraiment de saisonnalité, l’été restant malgré tout une période très problématique (les adoptions se raréfient et les refuges se retrouvent très vite saturés).

Il est donc urgent d'avoir accès à un état des lieux exhaustif et précis, de proposer des solutions pérennes afin d'endiguer ce fléau et de pénaliser les propriétaires qui abandonnent leurs animaux.

 

Rejoignez notre combat !

En 2019, Défense de l'Animal avait lancé une campagne nationale de lutte contre la maltraitance animale.
Affiche-A4-JPEG2chatNotre association demandait entre autres :
• L'aggravation de la sanction pénale pour les auteurs d'actes de cruauté avec une peine portée à 5 ans d'emprisonnement et à 75 000 € d'amende.
• L'amélioration de la condition de l'animal victime.
• Un suivi de la peine d'interdiction de détenir un animal.

Il est encore possible d'agir :

> Signez et relayez nos pétitions qui dénoncent la maltraitance animale,
> Soutenez le refuge proche de chez vous qui lutte au quotidien contre la maltraitance : voir la liste de nos associations
> Visitez le site web de la campagne : www.defendonslesanimaux.fr
> Faites un don à Défense de l’Animal dont le montant sera dédié à la lutte contre la maltraitance

Dites stop à la maltraitance
dites stop à la maltraitance
Ensemble contre les cruautés envers les animaux
Dites stop à la maltraitance