Confédération Nationale Défense de l'Animal - Réseau des refuges indépendants

Corrida : quand la mise à mort se donne en spectacle !

20 août 2021

La corrida est une pratique barbare et sanglante.

Considérée comme une tradition ininterrompue et un « art » à part entière, la corrida ou « course de taureaux », met en scène le terrible combat entre un matador (en espagnol, matar signifie tuer) et un taureau de combat élevé spécifiquement pour ces spectacles sanglants d'un autre âge.

Réalisée en trois actes (ou tercios), la corrida n'est qu'une succession de mutilations douloureuses de l'animal et un jeu de manipulation sadique.

 

  • Le premier acte, le tercio de pique, a pour objectif d'affaiblir le taureau en le blessant à plusieurs reprises à l'aide d'une pique à la pointe d'acier.
  • Le deuxième acte, le tercio de banderilles, consiste à planter successivement trois paires de banderilles dans le dos de l'animal, le vidant de son sang.
  • Puis arrive le dernier acte, le tercio de muleta, qui marque la mise à mort de l'animal par le matador. Cette mise à mort violente (ou estocade) clôt l'événement après de longs moments de souffrance et de torture, le tout sous les applaudissements du public …

 

Agonisant au sol, l’animal est parfois encore conscient lorsque ses oreilles et sa queue lui sont coupées, comme des trophées accordés au matador.

 

Une coutume cruelle et primitive

 

Le matador attend de pouvoir entrer en scène afin de mettre à mort le taureau, sous les applaudissements du public ...Encore majoritairement pratiquée en Espagne, au Portugal, dans 6 départements du sud de la France et en Amérique Latine, cette « tradition » sous le couvert du divertissement banalise injustement les souffrances et la torture animale. Introduite en France au milieu du XIXe siècle, la corrida espagnole s'étend progressivement dans le sud, surtout depuis 1950.

Le débat sur la corrida, trop longtemps resté sans échos en France prend depuis peu à peu de l'ampleur et de nombreuses associations de protection animale prennent successivement la parole contre cet « art » sanglant . Opposé à la corrida depuis toujours, Défense de l'Animal aux côtés de l’Alliance Anti-corrida, l’Oeuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs (OABA), C'EST ASSEZ !, Education Ethique Animale, TERPTA, le Collectif Chats stérilisation obligatoire et l’association Véthique, ont notamment appelé les citoyens à relayer dans les cahiers de doléance du Grand Débat National du 15 janvier au 15 mars 2019, des demandes visant à améliorer la condition animale dont notamment : l’abolition des spectacles et la suppression des subventions allouées aux spectacles qui utilisent des animaux.

De plus, et en collaboration avec la LFDA (La Fondation Droit Animal Ethique et Sciences), un fascicule nommé « Découvrez la corrida » a été distribué à de nombreuses associations lors de nos réunions régionales de 2019, reprenant le déroulé sanglant de ces spectacles et afin de les dénoncer.

En parallèle des dénonciations de la corrida par les ONG, la sensibilité des Français à la cause animale devient plus forte. Selon une étude IFOP de 2019 commandée par la Fondation Brigitte Bardot, 74% des Français sont favorables à la suppression des corridas en France !* Preuve du décalage radical entre cette « tradition » et les valeurs actuelles de notre société.

 

Des T-Rex pour dénoncer la corrida

Pour dénoncer la corrida, l'association PETA organisait le 5 août dernier, une course de T-Rex gonflables sur la place verte de Bayonne. Sur la ligne d'arrivée, une banderole affichait le message suivant : « la corrida, c'est pour les vieux fossiles ! »* Le choix de Bayonne n'est en rien dû au hasard, cette ville étant l'un des chefs-lieux de la corrida en France : « La corrida est une tradition rétrograde et archaïque », affirme Iris Douzet, la porte-parole de PETA France.*

Une arène où se déroule le spectacle sanglant de la corrida.Pour rappel, la mairie de Bayonne vient de rendre gratuite l'entrée des arènes aux enfants de moins de 16 ans. Or, selon un sondage, 86 % des Français déclarent être favorables à l'interdiction de l’accès des mineurs de moins de 16 ans aux combats d'animaux (dont la corrida) !*

Une proposition de loi allant dans ce sens avait été proposée en octobre 2019, portée par Samantha Cazebonne, visant à interdire l'accès des mineurs aux corridas et les écoles de tauromachiques*. Cette proposition de loi n'a malheureusement jamais vu le jour. Preuve que des initiatives ont été menées, mais rarement entendues !

La ville de Béziers a également décidé de maintenir ses férias malgré le contexte sanitaire et accueillera au sein de ses arènes près de 8 500 personnes !

De quoi véhiculer massivement un message de violence gratuite et impunie à nos jeunes générations.

 

Le saviez-vous ?

(Le Chili, l’Argentine, Cuba et l’Uruguay ont d'ores et déjà interdits cette pratique sur leurs territoires. En Espagne, la Catalogne a également interdit la corrida depuis juillet 2010)* Preuve que ce changement est possible en France !

 

« Interdisons la corrida et vite ! »

 

Malgré l'ancrage de cette pratique au nom de prétendues traditions, l'espoir persiste. La Fondation Brigitte Bardot a récemment diffusé les images d'une corrida datant du 14 juillet 2021 dans le Gard où deux veaux et quatre taureaux y ont trouvé la mort, sans aucune raison valable, outre celle de divertir un public.

Pour découvrir la campagne de la Fondation Brigitte Bardot : Stop à la corrida ! La nouvelle campagne choc de la Fondation Brigitte Bardot dénonce un « spectacle garanti avec souffrance animale » – Fondation Brigitte Bardot

 

Après la diffusion de ces images, 36 parlementaires ont pris position et demandent l'interdiction « des spectacles mettant en scène la torture et la mise à mort d’animaux ». Exprimant que la corrida est « une pratique barbare, qui n'est pas digne du pays dont nous sommes élus ».

Retrouvez leur tribune : « Interdisons la corrida, et vite » : l’appel de 36 parlementaires contre une « pratique barbare » (lejdd.fr)

Une forte mobilisation qui, espérons-le, mettra fin aux corridas en France, autorisées par le l’article 521-1 du code pénal en raison d'une « tradition locale ininterrompue ».

 

Ce qu'en dit la loi :

« Le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Elles ne sont pas non plus applicables aux combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie. » Article 521-1 du code pénal

 

Une demande de Défense de l'Animal

 

ValérieRomano5Valérie Romano, présidente de Défense de l'Animal et Florian Sigronde, ingénieur chargé de mission, ont d'ailleurs eu l'occasion de réaffirmer la nécessaire interdiction de la corrida en France, tout comme les combats de coqs lors de leur audition au Sénat en juillet dernier.

« Alors que la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale prévoit de durcir les peines contre les tortionnaires d'animaux, il est incompréhensible qu'aucune mesure ne porte sur la corrida.

Nous le regrettons et espérons que le Sénat aura le courage d'abolir ces spectacles d'un autre temps. C'était, entre autres, le sens de mon intervention lors de mon audition par la Sénatrice Anne Chain-Larcher »

Valérie Romano, présidente de Défense de l'Animal

 

Nous espérons que notre voix et celles des parlementaires seront entendues et que ces spectacles barbares disparaitront définitivement !

 

*« Interdisons la corrida, et vite » : l’appel de 36 parlementaires contre une « pratique barbare » (lejdd.fr)

*Bayonne : des dinosaures s'élancent contre la corrida (sudouest.fr)

* 74% des Français sont favorables à la fin de la corrida en France – L’Express (lexpress.fr)

* https://www.ifop.com/publication/les-francais-et-la-corrida-3/

* La députée Samantha Cazebonne annonce le dépôt d’une proposition de loi visant à interdire l'accès des mineurs aux corridas et les «écoles» tauromachiques – Politique & animaux (politique-animaux.fr)