Confédération Nationale Défense de l'Animal - Réseau des refuges indépendants

#STOPMaltraitance : Condamné pour avoir battu à mort son chiot

28 septembre 2021

Un jeune chiot beagle battu à mort par son propriétaire.

Les faits se sont déroulés au mois de mai 2021 dans le XVe arrondissement de Paris.

En pleine nuit, les équipes de police secours ont reçu un appel pour le moins glaçant.

Un chiot Beagle de huit mois a été battu à mort par son propriétaire.

 

Retrouvé accroché au grillage du parking

 

Après la déferlante de haine et de violence dont a été victime le pauvre animal, son tortionnaire l'a finalement l'accroché, agonisant, par la laisse au grillage du parking de l'immeuble. Lorsque le vétérinaire est arrivé sur place, l'animal était déjà décédé des suites de ses blessures.

Suite à cette macabre découverte, l'enquête de voisinage a permis de récupérer des enregistrements réalisés par un voisin que les hurlements de douleur de l'animal avaient interpellé. L'animal était « jour et nuit à l'abandon sur le balcon » et tentait désespérément de se réfugier dans l'appartement, sans succès.

La cause d'une telle violence ? L'animal aurait « mâchouillé la batterie de sa cigarette électronique » … A la suite de son autopsie, il s'est avéré que le chiot avait les cervicales brisées et présentait des lésions traumatiques : la preuve de coups portés à mains nues.

L'individu de 22 ans, fils d'un haut fonctionnaire monégasque, avait fait l'acquisition du chiot sur le célèbre site de bonnes affaires en ligne : Leboncoin.

 

Pas de vraie peine de prison ferme

 

L'individu interpellé, reconnu coupable des faits, a été condamné à deux ans de prison dont 20 mois de sursis probatoire et 4 mois de prison ferme (mais aménageables !). L'individu s'est également vu condamné à une interdiction définitive de détenir un animal de compagnie.

Il écope également d'un sursis probatoire de trois ans, d'une obligation de soins et d'une interdiction de se rendre à Paris. Le prévenu, qui n'était pas présent à son procès, a fait appel de la décision.

Pour Défense de l'Animal, partie civile dans cette affaire, la peine prononcée est certes « encourageante » mais bien loin d'être à la hauteur des faits dont a été victime ce pauvre animal.

 

 #PPLAnimaux, vers une aggravation des peines ?!

 

Face à l'atrocité de ces faits, il y a urgence à interdire la vente des animaux en ligne et il y a urgence à aggraver les peines contre les tortionnaires d'animaux !

 


 

Exigeons l'aggravation de la répression pénale.

 

 Vous aussi, dites #STOPMALTRAITANCE 🆘

💰 Aidez-nous à faire condamner les tortionnaires d'animaux, faites un don, alimentez notre fonds de lutte contre la maltraitance ❗️

✍️ Mobilisez-vous à nos côtés sur www.defendonslesanimaux.fr pour des peines plus lourdes contre les tortionnaires d'animaux ❗️

 

 

 

 

 

Source : Paris : le «fils de bonne famille» qui a tué son petit chien a passé la nuit en cellule – Le Parisien